Photos de Flickr

BAYER interpellé………..

 – D’autres causes –

Le groupe pointe d’autres coupables à la souffrance des abeilles: la météo, les virus, ou encore le Varroa, un parasite. « Le déclin des populations d’abeilles est multifactoriel », confirme José Tarazona, directeur du département pesticides à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Ce régulateur a estimé en 2012 que les quatre pesticides de Bayer, Syngenta et BASF posaient un risque « inacceptable » pour les abeilles, et fourni la base nécessaire à l’UE pour le moratoire. Mais « nous n’avons pas encore les moyens pour quantifier » le rôle de ces produits, détaille M. Tarazona. L’Efsa réalise à l’heure actuelle un état des lieux des connaissances, dont les résultats sont attendus en 2017. Une procédure à l’issue de laquelle toutes les options restent ouvertes pour Bruxelles: étendre les restrictions, les maintenir, ou bien lever le moratoire.

« Les pesticides ne sont bien sûr pas le seul problème. (…) Mais ils sont le seul sur lequel nous pouvons intervenir immédiatement », avance Marco Contiero, chargé de la politique agricole chez l’ONG Greenpeace. « Les études sont tellement claires qu’il ne sera pas facile pour les industriels de lever l’interdiction », estime-t-il. Greenpeace espère que l’UE interdira l’ensemble des néonicotinoïdes et de leurs usages, sans dérogations comme à l’heure actuelle. Et plaide pour que l’industrie investisse dans des alternatives non chimiques. D’autant que la pression des consommateurs commence à se faire sentir. En Allemagne, les supermarchés Aldi viennent de s’engager à ne plus vendre d’aliments contenant des néonicotinoïdes.

Source AFP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages: 1 2 3

Comments are closed.